ITOSU

Le Tō-de doit être utilisé pour améliorer votre santé. Afin de protéger ses parents ou son maître. Anko Itosu

Accueil    Historique Shotokan

Les deux maîtres qui ont instruit Funakoshi Gichin furent tous deux étudiants de Matsumura Sokon qui est d'une grande importance dans l'histoire du karaté d' Okinawa. Asato a formé très peu de disciples est peu connu.  Itosu Yasutsune (Ankoh), par contre,  a influencé l'histoire du karaté d'une façon capitale. En effet, il a formé plusieurs maîtres qui sont devenus, chacun, fondateur d'un style ou d'une école qui existent encore, et il a apporté de nombreuses réformes au karaté martial de cette époque, pour le rendre accessible à un plus grand nombre de personnes. C'est pourquoi, il semble approprié de considérer que le karaté moderne commence avec Itosu. Funakoshi, qui fut son élève et qui l,a vénéré jusqu'à sa mort, ne fit que poursuivre cette transformation d'un système de combat destiné à la guerre en un système éducatif et sportif plus conforme aux temps moderne.

Il est né en 1830 dans le village de Yamagawa à Shuri, et est considéré comme  un des artistes martiaux des plus respectés à Okinawa pendant le 19ième siècle. C'est en grande partie grâce à lui que nous est parvenue la tradition du Shuri-te, l'école de Sokon Matsumura. Itosu fut surnommé de son vivant; la main sacrée du Shuri-te. Maître Itosu commence à étudier avec Maître Matsumura à l'âge de 16 ans. Une de ses grandes contributions à l'art du Tō-de, était la croyance ferme de l'importance du développement du personnalité de la personne à travers l'étude des katas et du bunkai, l'application technique des katas.

Itosu avec Funakoshi au centre et Mabuni (Shito Ryu) debout.

Maître Itosu était un homme de taille moyenne, mais sa large poitrine lui donnait l'apparence  d'une barrique. Son visage couvert d'une longue barbe était aussi doux et bienveillant que celui d'un petit enfant. Ses bras étaient très puissants, il pouvait briser des tiges de bambou épaisses entre ses mains Lorsqu'ils buvaient ensemble, Azato et Itosu aimaient se mesurer au bras de fer, mais Azato devait concéder invariablement la victoire à son ami même s'il s'aidait des deux bras. À Okinawa les règles de ce jeu étaient particulières; les coudes ne devaient pas reposer sur la table, les combattants croisaient leurs bras au niveau des poignets ou des avants bras, poings fermés, dos de la main face à la table.

Il se fit remarquer tout au long de sa vie en remportant de nombreux défis. Au cours d'un affrontement resté célèbre contre l'invincible Tomoyose, qui représentait l'école du Naha-te, il cassa le bras de ce dernier avec un blocage en shuto-uke dès sa première attaque. Il était reconnu pour sa capacité à encaisser des coups d'hommes plus grands et plus forts que lui sans montrer le moindre signe de douleur, ni être blessé.

Lorsque le Ministère de l' Éducation reconnut les mérites du Karate-dō, le gouvernement d’Okinawa introduit le karate au programme d'éducation physique du principal lycée d'Okinawa ainsi que dans la préparation des officiers de l'école militaire, et Itosu fut engagé comme enseignant en 1902 Cette étape fut capitale pour le développement ultérieur du karaté, car c'est la première fois qu'un art martial souvent transmis en secret sera enseigné au plus grand nombre.

Après avoir été gardé secret pendant plusieurs siècles, le karate pouvait pour la première fois être enseigné au grand jour. À cette époque Funakoshi et ses collègues pratiquaient déjà le karaté depuis plus de dix ans, mais n'en disait rien à personne.

Maître Itosu a aussi organisé et transformé le To-de en une méthode de pratique standardisée. Lorsqu'il a commencé à enseigner dans le système scolaire, il commençait son  enseignement avec le kata Naihanchin. Il a rapidement réalisé que les katas anciens étaient beaucoup trop avancés pour les débutants, ce qui l'a amené  à créer un groupe de nouveaux katas; les Pinan.

 La création des cinq Pinan était basé sur les kata Kushanku, Patsai et quelques autres techniques significatives. Selon une autre hypothèse, il aurait créé les Pinan à partir de Chanan, un vieux kata d'origine chinoise pratiqué à Okinawa, et que l'on attribue parfois à Matsumura. Channan est aujourd'hui perdu.  Il a aussi transformé Naihanchi (Tekki) en trois kata; Tekki Shodan, Tekki Nidan et Tekki sandan..

Anko Itosu meurt en 1915, et aura formé les plus grands maîtres qui lui succèderont à Okinawa. Funakoshi doit à Maître Itosu l’apport technique et philosophique qu' il utilisera plus tard pour créer son école. « Maintenant quand je regarde en arrière, je réalise que pour mes enfants et moi, nos deux générations, avons tous énormément bénéficié des enseignements de ces deux maîtres. Où trouverai-je les mots pour exprimer ma gratitude ?» Gichin Funakoshi

Mémorial Itosu

Le 30 août 1964, Choshin Chibana a érigé un monument en mémoire d' Anko Itosu près de la tombe du maître dans la forêt de Furushima à Mawashi afin de commémorer le cinquantième anniversaire du décès d'Itosu.Voici ce qu'on peut lire sur l' inscription au dos du monument : Anko Itosu Sensei est né la onzième année de Doko dans Gibo, Shuri, et est mort à l'âge de quatre-vingts cinq. Il a non seulement consacré ses énergies à la diffusion du karaté parmi la population, mais a aussi introduit le karaté dans le programme d'éducation physique dans les écoles. Ainsi il a rendu de grands services à la popularisation et à la prospérité du karaté. Ce monument a été érigé ici à la mémoire du Sensei lors du cinquantième anniversaire de sa mort par les disciples de son école.

30 août 1964

Érigé par : Okinawa Shorin-Ryu Karate Association

Chosin Chibana, président de l'association et tous les membres.

Calligraphe : Choko Iraha

Gravé par : Sanehiko Ishimine

Lettre écrite au Département Éducationnel Préfectoral d'Okinawa par Itosu en 1908

Le Tō-de doit être utilisé pour améliorer votre santé. Afin de protéger ses parents ou son maître, il est approprié d'attaquer un ennemi indépendamment de sa propre vie. N'attaquez jamais un seul adversaire. Si on rencontre un bandit ou un truand, on ne devrait pas employer le  Tō-de mais simplement parer et faire un pas de côté.

Le but du Tō-de est de rendre le corps dur comme les pierres et le fer; les mains et les pieds devraient être utilisés comme des pointes de flèches ; les coeurs devraient être forts et courageux. Si les enfants pratiquaient le Tō-de à l'école élémentaire, ils seraient bien préparés pour le service militaire. Quand Wellington et Napoléon se sont rencontrés, ils ont discuté du fait que 'la victoire de demain viendra du terrain de jeux d'aujourd'hui '.

Le Tō-de ne peut pas être appris rapidement. Comme un taureau se déplaçant lentement, et qui marche éventuellement un millier de milles, si on étudie sérieusement chaque jour, cela prendra  trois ou quatre ans pour assimiler le Tō-de. La forme même de nos os se modifiera.

Ceux qui étudient comme suit découvriront l'essence du Tō-de :Dans le Tō-de les mains et les pieds sont importants, ainsi ils devraient être devraient être entraînés sur le makiwara. Durant la pratique relâchez vos épaules, ouvrez vos poumons, sentez  votre force, agrippez le sol avec vos pieds et descendez votre énergie intrinsèque à votre abdomen inférieur. Frappez avec chaque bras cent ou deux cent fois.

En prenant la position de pratique de Tō-de, assurez-vous que votre dos est droit, laisser  tomber vos épaules, mettez votre force dans vos jambes, tenez-vous fermement, et mettez l'énergie intrinsèque dans votre abdomen inférieur, tout en gardant les parties inférieures et supérieures du corps liées à travers le mouvement.

Les techniques externes du Tō-de devraient être pratiquées, une par une, plusieurs fois. Puisque ces techniques sont transmises de bouche à oreille, faites l'effort d'apprendre les explications, et décidez quand et dans quel contexte il serait possible de les employer. Pénétrez, contrez, dégagez ; est la règle du tori-te.

Vous devez décider si la pratique sert à développer un corps sain, ou pour accomplir votre charge.

Pendant la pratique vous devriez imaginer que vous êtes sur un champ de bataille. En bloquant et en frappant, ouvrez grand les yeux, laissez tomber les épaules et durcissez le corps. Bloquez maintenant les coups de l'ennemi ! Pratiquez toujours avec cet esprit de sorte que, lorsque vous serez sur le vrai champ de bataille, vous soyez naturellement  préparé.

Ne vous surentraînez pas pendant la pratique, parce que l'énergie intrinsèque montera vers le haut de votre visage et vos yeux tourneront rouge, et vous nuirez ainsi à votre corps . Faites attention.

Beaucoup de ceux qui ont maîtrisé le Tō-de dans le passé, ont vécu jusqu'à un  âge avancé. C'est parce que le Tō-de facilite le développement des os et des tendons, il aide les organes digestifs et est bon pour la circulation du sang. Par conséquent, dorénavant le Tō-de devrait devenir la base de toutes les leçons de sports dès l'école primaires. Si ceci est mis en pratique , je pense que beaucoup d'hommes seront capables de vaincre contre dix agresseurs.

La raison de cet énoncé est qu'il est de mon avis que tous les étudiants à l'Université préfectorale de la formation de professeurs de l'Okinawa devraient pratiquer le Tō-de. Lorsqu'ils recevront leur diplôme, ils pourront ensuite enseigner les techniques aux enfants dans les écoles, exactement comme je les ai enseignés. Dans un délai de dix ans le Tō-de se propagera sur tout l'Okinawa et le continent japonais. Ce sera un bon placement pour  notre société militaire. J'espère que vous étudierez soigneusement les mots que j'ai écrits ici.

Anko Itosu, Meiji 41, Année du singe (Octobre 1908)