CONSEILS D'EXÉCUTION DES KATAS

Les progrès viennent à ceux qui s'entraînent encore et encore, vous reposez sur des techniques secrètes ne vous conduira nulle part. Morihei Ueshiba

Accueil   Apprentissage des katas   Embusen des katas    Vidéos bunkai   Vidéos katas

Karate ni sente nashi. "Karate ni sente nashi" "Le karatéka ne fait pas la première attaque", a-t-on pris le soin de graver sur le mémorial de Gichin Funakoshi. Ce monument dédié à sa mémoire se trouve au Monastère Zen d'Engaku Ji de Kamakura. En karaté, il n'y a pas d'avantage à attaquer en premier, était la sentence que le fondateur du karaté moderne avait choisie pour définir l' essence profonde du karaté. Le kihon, l'exercice de base, insiste sur les blocages qui doivent garder une place primordiale dans chaque entraînement disait Masatoshi Nakayama.Il est intéressant de constater qu'un kata commence toujours par une technique défensive, ceci afin de rappeler à tous que le karaté ne doit servir qu'à se défendre. Il compte toujours un ou deux temps forts où l'on pousse un cri abdominal bref, le kiaï, qui aide à concentrer toute l' énergie: c'est le moment où on porte un coup décisif contre un adversaire plus coriace que les autres. Un des buts du kata est d' unir efficacité et pureté technique; le respect méticuleux de la forme du kata est un critère indissociable de sa réussite.

Ordre correct. Le nombre et la séquence des mouvements sont fixes. Ils doivent être tous accomplis.

Début et fin. Le caractère kanji simple qui représente le mot Kata en japonais est composé de 3 autres kanjis. Ces kanjis sont figure, couper et  sol. Un Kata est quelque chose qui "coupe" une figure sur le sol, et cette figure est un embusen.Tout kata se déroule suivant un plan, un tracé que forme au sol les déplacements lorsque un kata est exécuté. Il a point de départ, qui est en général aussi le point d'arrivée, qui se nomme le kiten. L’embusen indique où on doit commencer, où on doit finir et partout où on doit aller pendant l’exécution du kata. Cela demande beaucoup de pratique. En principe le kata devait commencer et finir face au nord tout comme les tao de Kung-Fu. Cependant cette tradition chinoise n'est plus respectée avec le karaté moderne.

Si vous le connaissez par coeur, vous devriez être capable de regarder n’importe quel endroit d’entraînement et de savoir automatiquement où vous devez aller. Si vous devez réaliser Empi, vous savez que vous allez rentrer dans le coin gauche du mur en face de vous. Empi va devant et à gauche en formant un L renversé. Si vous visualisez la forme de cet embusen en tête, cela vous facilitera beaucoup la tâche et savoir dessiner les embusen de chaque kata que vous voulez maîtriser devrait être obligatoire.

Signification des mouvements. Chaque mouvement de défense ou d'attaque doit être compris et démontré.

Conscience de la cible. Le karatéka doit connaître la cible et le moment d'exécution de la technique.

Rythme et synchronisation. La détente du corps est primordiale, il faut éviter la tension, surtout au niveau des épaules. Le rythme est adapté à chaque kata. Les katas Shotokan commencent tous avec une technique défensive, elle est ensuite suivie d'une attaque pour défaire l'ennemi. Ces combinaisons blocage/attaque doivent être portées dans un seul mouvement  continu. En Shotokan, lorsque la même technique est exécutée trois fois de suite, en avançant ou sur place, les deux dernières techniques sont enchaînées très rapidement.

Bien respirer. Il faut généralement inspirer en bloquant, expirer en exécutant une technique finale, et expirer et inspirer en faisant des techniques successives. Le kiai est lié à la respiration; en expirant brusquement et en contractant les muscles de l'abdomen, il est possible de donner plus de puissance à la technique. R. Habersetzer dans son livre Shotokan Kata Karaté- Do Tome 1 (Éditions Amphora) explique bien le techniques respiratoires propres à chaque kata.

Le salut. Funakoshi rappelait régulièrement à ses élèves que sans courtoisie, l'esprit du karaté-do n'existe pas.

Au début et à la fin de chaque kata, le salut est l'expression de cette courtoisie. Ce cérémonial au début et à la fin d'un kata exige lenteur, retenue et concentration. Face au joseki, tenez vous droit avec la paume des mains touchant le côté des cuisses. Les pieds sont ensembles ,collés aux talons avec les orteils pointés à un angle de 45 degrés (musubi dachi). Penchez vous légèrement pour saluer dans la direction de l'axe central du kata vers le point kiten, gardez un contact visuel avec tori. Redressez-vous et annoncez le kata d'une voix forte et déterminée. Passez ensuite en position d'attente (yoi) en écartant un peu le pied gauche, puis le droit (hachiji-dachi) Debout, pieds parallèles à la largeur des épaules, genoux souples. Les bras sont devant au niveau de la taille, poings fermés (heiko dachi).

Vous êtes calme, décontracté, bien solide sur les jambes légèrement fléchies, votre poids est également réparti sur les deux jambes même si vous savez dans quelle direction vous commencez le kata. Toute la force concentrée dans le hara (ventre), zanchin, le regard au loin.

Le regard. Au début du kata ,vous devez regarder devant vous en ne fixant rien de précis. Vous "voyez" l"attaquant des pieds à la tête. Lorsque vous effectuez une technique d'attaque, une technique défensive, un pivot, vous devez porter votre regard vers l'adversaire avant d'effectuer la technique. Dans les cinq Heian , le premier attaquant se trouve à gauche, il faut donc tourner la tête vers la gauche avant de faire le bloc en pivotant. Le principal défaut des débutants est de regarder le sol, ou de ne pas avoir de vision périphérique. Même si notre adversaire est devant nous, il faut être capable de voir le prochain qui peut être à gauche ou à droite. Il faut être conscient de tous les adversaires qui nous encerclent, même celui derrière nous. À la fin du kata, lors du retour à la position yoi que vous maintenez quelques secondes;  c'est yame; continuer de regarder votre dernier adversaire 3 secondes. Ensuite, ramenez le pied gauche en pivotant sur le droit pour revenir au point de départ. Ne vous penchez pas en tournant. Inspirez doucement. Joignez les pieds en musubi-dachi, saluez comme au début.

 

M. Nakayama (1917-1987)

Source; Best Karaté, M. Nakayama
Les points importants par Masatoshi Nakayama, 9 ième Dan JKA

1. Ordre correct; Le nombre et la séquence des mouvements sont déterminés. Ils doivent tous être accomplis.

2. Début et fin; Le kata doit commencer et finir au même endroit sur embusen

3. Signification de chaque mouvement; Chaque mouvement défensif ou offensif, doit être parfaitement compris et complètement exprimé.

4. Conscience de la cible; Le karatéka doit connaître la cible et savoir quand exécuter une technique.

5. Rythme et synchronisation; Le corps doit être souple, jamais trop tendu, et le rythme adapté à chaque kata. Il y a trois facteurs nécessaires à un emploi correct de la force : la rapidité, ou la lenteur, dans l'exécution d'une technique, l'étirement et la contraction des muscles.

6. Bien respirer; La respiration doit changer en fonction des situations, mais il faut généralement inspirer en bloquant, expirer en exécutant une technique finale, et inspirer et expirer en exécutant des techniques successives. Le kiai est lié à la respiration. Il se produit au milieu ou à la fin des katas, au moment ou la tension est maximale. En expirant très brusquement et en contractant l'abdomen, il est possible de donner plus de puissance aux muscles.

Respectez le droit d'auteur. Vérifiez le ©Copyright avant de copier-coller cette page.