MATSUMURA

“Le karate-dō est une philosophie, une attitude devant, et un regard sur la vie et le monde…” Shomen Gichin Funakoshi  (1868-1957)

Accueil

     

Les Sept Vertus des Arts Martiaux selon Matsumura. Matsumura Sokon (1800-1896) commença son apprentissage des arts martiaux à l' âge de 10 ans à Shuri, avec Sakugawa Shungo, un expert du Tode (technique  de la main chinoise) qui était alors âgé de soixante-dix huit ans . Il fut son dernier et plus célèbre élève.
 

La Famille Royale de Sho engagea Matsumura en 1816, il est demeuré au service des trois derniers rois des Ryukyu; Sho-Ko, Sho-Ito, et Sho-Tai. Là il est devenu instructeur en chef de Tode, et garde du corps du roi. Aux environs de 1830, il est allé en Chine pour étudier le Shaolin-gong-fu  (Kenpo). C'est à cet endroit qu'il appris le Bai-he-quan, le style de La Grue blanche qu'il transmettra à son petit-fils, Nabe Matsumura. En tant qu' attaché à la cour du Roi, il a eu l'occasion de parcourir la province chinoise de Fujian. C'est à cette époque qu'il rencontra au Dojo Fuzhou , Ason et Iwah, deux attachés militaires experts en boxe chinoise, comme professeurs.

Bushi Matsumura a aussi étudié avec un commerçant chinois appelé Chinto, présent à Naha au milieu du 19 ième siècle. On croit que Matsumura a créé le kata Chinto (Gankaku) en l'honneur de son professeur à partir des mouvements que Chinto lui avait enseignés. L' un des points forts de ce kata est la recherche de la puissance en équilibre sur une jambe, avec des techniques doubles des membres supérieurs comme lorsque la grue est attaquée et se défend en battant des ailes.

Le nom "Bushi" lui a été donné par le Roi pour ses grands accomplissements. Mainte fois Bushi Matsumura a eu à démontrer ses capacités contre l'ennemi, et jamais il n'a subi la défaite. Ses exploits furent connus sur tout l'île d'Okinawa, et jusqu'au Japon, au point qu'il devint une légende de son vivant. Une de ses prouesses devenue légendaire, est son combat contre un taureau qu'il terrassa d'un seul coup de poing.

Tode était le style de Te pratiqué parmi la classe aristocratique. L'art du Te tel qu'on le connaissait à Okinawa a ensuite eu trois noms; Tomari-te, Naha-te et Shuri-te. Chacun représentant la ville ou il a été enseigné. Bushi Matsumura demeurant dans la ville de Shuri, a enseigné le Shuri-te. Cette direction Shuri-te de karaté sera développée par la suite par Itosu Yasutsune, un de ses nombreux élèves. Azato, l'autre professeur de Funakoshi, conservera le style orthodoxe de Matsumura, le Shorin-ryu Gokoku-an Karate.

Matsumura fut une figure de proue du Karate d'Okinawa. Il appela son style Shorin-ryu Gokoku-an Karate, Karate Shaolin pour la défense de la patrie. Plusieurs années après, ce nom a été remplacé par Shorin-ryu (Sho-rin , jeune forêt, est une des manières Okinawaienne de lire les deux caractères chinois *Shao-lin*).


Bushi Matsumura a déménagé au village de Sakiyama à Shuri après sa retraite . Il a eu plusieurs étudiants, parmi eux étaient Yasutsune Azato, Yasutsune Itosu, Choshin Chibana, Choki Motobu, et Chotoku Kyan. Matsumura donna le Menkyo-kaiden ( Le plus haut niveau dans l'autorisation d'enseigner la technique et l,esprit d'un art martial classique remise par le maître) à son petit fils à la fin de sa vie. Ce serait son fils qui transmettra ses enseignements plus purs connus sous le nom de Shorin-Ryu.

Après sa mort, le Shuri-te éclata en plusieurs tendances: Itosu Shorin-ryu, Kobayashi-ryu, Shotokan-ryu, Wado-ryu, Shito-ryu,Sukunai Hayashi-ryu,Matsubayashi-ryu,Sobayashi-ryu. Sa philosophie du budō; les trois méthodes d'apprentissage:

Gukushi aucun bugei:N' avoir que des connaissances techniques superficielles.

Meimoku aucun bugei:  Une personne qui a la connaissance physique de Bugei  peut être puissante. Cette personne peut vaincre les autres facilement. Cependant, elle n'a pas le contrôle de soi, et est donc dangereuse.

Budo aucun bugei: À ce niveau vous pouvez inciter l'ennemi à s'écrouler. Vous attendez avec un esprit calme, et laissez l'ennemi se détruire lui-même. Les personnes qui pratiquent ceci sont fidèles à leurs amis, à leur famille et à leur pays. Elles ne feraient jamais quelque chose contre la nature ou l' humain.  

Lettre à mon frère

Mon jeune et sage frère Kuwae Ryosei,

Vous ne pouvez comprendre la véritable voie des arts martiaux, que par un entraînement continu et de la détermination. Il est tout à fait intéressant de noter que les arts martiaux et les méthodesd'études savantes sont semblables à un niveau fondamental.
En examinant les méthodes d'études savantes, nous trouvons qu'il y a trois éléments distincts ou méthodes:
  • La première méthode est l'étude des mots influents, des habiletés pour la communication et la poursuite des emplois très rémunérateurs.
  • La deuxième méthode est l'étude comparative de la sagesse de la littérature traditionnelle, et d'inspirer le sens du devoir par l' exemple. Malgré le fait que ces deux méthodes sont toutes deux uniques, elles n' aident pas à comprendre l'essence vraie de la voie. Elles amènent seulement une compréhension superficielle des études savantes, ainsi elles devraient être considérées comme incomplètes.
  • La troisième méthode d'étude littéraire est une méthode complète. La compréhension de cette troisième méthode va nous amener à comprendre la véritable voie. Certaines des choses qu'elle nous enseigne comment faire, sont les suivantes:

(1) Acquérir une compréhension plus profonde
(2) A
cquérir la force de nos points faibles
(3) Devenir plus sincère
(4) A
cquérir de la droiture
(5) Mieux contrôler nos émotions
(6) Obtenir plus de paix dans nos maisons

C'est une doctrine qui peut être appliquée non seulement dans notre pays, mais au monde entier. Par conséquent, seulement cette étude est complète.
Si nous étudions les arts martiaux, nous voyons également qu'il y a trois divisions ou éléments distincts:
La première méthode, ou la division, est plus comme un jeu de psychologie et de tactiques. Elle n'a aucune application pratique dans le combat, elle s'approche plus de la danse. C'est tout à fait superficiel.
La deuxième méthode n'est rien d'autre que des exercices physiques. Son but unique est de gagner. En cela il n'y a aucune valeur. Les pratiquants de cette méthode sont contestables. Souvent ils blessent les autres, ainsi qu' eux-mêmes. Très souvent, ils apportent le déshonneur aux membres de leur famille.
La troisième méthode, en revanche, est toujours exercée avec conviction. Les pratiquants de cette troisième méthode obtiennent un éclaircissement solennel, exempt de conflits et d' abaissement. Elle favorise la loyauté à la famille, les amis et le pays. Elle favorise également un comportement normal, qui développe un caractère vaillant.
Si vous possédez un calme désarmant, vous pouvez vaincre l'ennemi sans force, avec la férocité d'un tigre et la rapidité d'un oiseau.
Quelques traits de cette troisième méthode:
  1. Elle bannit la violence intentionnelle
  2. Elle régit les actions du guerrier
  3. Elle fait de vous un modèle
  4. Elle favorise la vertu
  5. Elle favorise la paix parmi le peuple
  6. Elle produit l'harmonie dans la société
  7. Elle apporte la prospérité

    Celles-ci se nomment les Sept Vertus des Arts Martiaux." Elles ont été enseignées par les sages, et sont incluses dans le livre appelé le Godan-Sho.

    Ainsi, la véritable voie des arts martiaux a plus qu' un élément en elle. Un sage n'a pas besoin des premières ou deuxièmes méthodes. Tout ce dont il a besoin est la troisième méthode. Dans cette méthode, vous trouverez la véritable voie.
    Cette force invincible influencera profondément votre jugement en identifiant les occasions, et en agissant d'une façon appropriée. Les circonstances détermineront toujours l'approche correcte que vous devriez prendre.
    Il pourrait sembler que je n'ai aucun respect pour les deux autres méthodes de combat, mais ma conviction est profondément enracinée dans la doctrine de la troisième méthode. J'ai vous ai révélé mes écrits. Rien n'est laissé caché ou secret dans ma pensée, rien de retenu. Si vous acceptez et observez mes écrits, vous trouverez la véritable voie.
    Signé:
    Bushi Matsumura, Mai 13, 1882    Source; Original Okinawan Karate

    Selon Matsumura, si vous voulez comprendre l' essence des arts martiaux, vous devez étudier intensément. Dans leurs fondations, les arts et les arts martiaux sont semblables. Sa philosophie du budō; Gukushi aucun bugei:N' avoir que des connaissances techniques superficielles. Meimoku aucun bugei: Une personne qui a la connaissance physique de Bugei peut être puissante. Cette personne peut vaincre les autres facilement. Cependant, elle n'a pas le contrôle de soi, et est donc dangereuse. Budo aucun bugei: À ce niveau vous pouvez inciter l'ennemi à s'écrouler. Vous attendez avec un esprit calme, et laissez l'ennemi se détruire lui-même. Les personnes qui pratiquent ceci sont fidèles à leurs amis, à leur famille et à leur pays. Elles ne feraient jamais quelque chose contre la nature ou l' humain.