TECHNIQUE ET TACTIQUE

La différence entre la victoire et la défaite ne tient souvent qu'à très peu de choses. Proverbe japonais

Accueil  Éthique sportive  Gestes arbitres  Gestes juges avec drapeaux  Règlements WKF  Techniques et tactiques  Vidéos combat

Le véritable combat débute par la prise de distance, après le Shobu Hajime de l'arbitre. Pour mener à bien un assaut, plusieurs principes sont appliqués, en voici quelques uns :

  • Conserver une parfaite stabilité, jambes légèrement fléchies, pas trop écartées sans déposer les talons au sol. Posture fudo dachi plutôt haute et souple. Position moyenne des bras, fléchis, coudes serrés, poings verticaux, buste et hanches de trois quarts.

  • La décontraction est indispensable à l'acquisition de vitesse, à l'esquive, au déplacement et à l'état de disponibilité à l'évolution du combat. Elle permet de ne pas être déséquilibré par l'impulsion d'un coup qui serait trop appuyé, trop tendu.

  • Avoir une attitude très calme, très posée. L'énervement, la peur ou la colère sont les ennemis du combattant. Une bonne maîtrise de son esprit permet donc de garder un bon contrôle de son corps et de sa technique; de rester détendu avant l'engagement et ainsi d'économiser ses forces ; d'éviter les gestes désordonnés, la crispation inutile, les grimaces ou tics du visage qui trahissent habituellement l'intention du combattant; d'impressionner aussi l'adversaire et de lui faire perdre sa propre assurance.

  • Être mobile pour être capable d'esquiver les attaques et d'exploser dans l'offensive (timing).

  • Multiplier les changements de rythme pour créer la surprise.

  • Ne pas téléphoner les attaques par des gestes parasites inutiles.

  • Ne jamais rester bloqué sur une attaque mais enchaîner avec opportunité dans l'ouverture.

  • Varier les déplacements en attaque comme en défense.

  • Varier l'offensive pour ne pas s'exposer au contre préparé, votre adversaire saura comment vous contrer si vous ne posséder qu'une seule technique d'attaque.

  • Avancer sur l'adversaire, prenez  les commandes dès le départ, enlevez lui son "air".

  • Tenter les contres les plus directs possible,l'idéal étant l'attaque dans l'attaque.

  • Ne pas attaquer de trop loin car vous risquer un contre-attaque.

  • Effectuer les blocages avec un minimum d'amplitude.

  • Ne pas reculer en ligne droite pour éviter les sorties de l'aire de combat, et ne pas favoriser les enchaînements linéaires d'attaques de l'adversaire. Ne jamais rester dans l'axe de l'adversaire. Feinter ! Tenir sa garde haute.

  • Ne pas laisser entrer l'adversaire dans son périmètre de sécurité.

  • Lancer une attaque au maximum de soi-même car une attaque réussie du premier coup est moins fatigante que 10 successives et ratées. Cette attaque doit faire reculer l'adversaire, il faut alors le suivre s'il tourne ou se désaxe.

  • Une attaque est un enchaînement de techniques qui ont pour but de surprendre, déséquilibrer, toucher l'adversaire !

  • Les japonais utilisent la métaphore de la lumière de la lune pour exprimer le genre de regard que doit poser l'esprit du karatéka sur son adversaire. Comme l'éclairage diffus de la lune, il doit voir la totalité de l'adversaire, ne se fixer sur aucun point précis. Ne rien regarder; tout voir. Le regard ne se fixera donc jamais sur la cible visée, un poing ou autre partie du corps, mais demeurera détaché afin de tout saisir, de tout voir sans rien regarder de précis.

  • Un kiaï peut servir de diversion avant d'attaquer. Un kiaï soutenant l'attaque en renforce la vigueur. Il peut servir à compléter une attaque: à fixer un rythme, pendant le combat, avec un cri grave venant du ventre;à faire bouger l'adversaire en faisant semblant de porter un coup tout en poussant un kiaï puis en frappant.












Respectez le droit d'auteur. Vérifiez le ©Copyright avant de copier-coller cette page.